Gāyatrī Japa au Dharma Pītha (février 2020): un compte rendu

cérémonie de la lumière, Dharma Pitha, 10 février 2020
un groupe sort du Dharma Pitha
bhajans du soir
cérémonie de la lumière, Dharma Pitha, 10 février 2020
une manifestation de Mère Nature, 10 février 2020

Chaque année, Śrī Tathāta convie ceux qui le souhaitent, à commencer par ses initiés, à une retraite à l’ashram du Dharma Pītha à Kollur (Karnataka, Inde).

Le Dharma Pītha est un temple qu’il a fait ériger, dédié à la lumière, il focalise puissamment les hautes énergies du cosmos pour les redistribuer sur la planète entière. Il y règne habituellement le silence, pour aider à la méditation -- exceptionnellement des récitations peuvent y être menées.

Cette retraite de 12 jours (du 30 janvier au 10 février) était essentiellement dédiée à la récitation en groupe du mantra de la Gāyatrī, à laquelle s’ajoutaient quelques rituels.

Les mantras sont des formules sonores, en langue sanscrite, qui pénètrent tous les plans d’existence. S’élevant jusqu’aux plans supérieurs de lumière, leur récitation permet ainsi de manifester une vibration élevée.

Le mantra de la Gāyatrī, issu des Vedas, la tradition la plus ancienne de l’Inde, est celui qui, plus que tous les autres mantras, fait descendre la lumière sur le plan terrestre.

L’objectif fixé par Śrī Tathāta était une récitation d’au moins 2,4 millions mantras. Ce chiffre s’explique par le fait que le mantra de la Gāyatrī a 24 syllabes. Dans la tradition spirituelle indienne, une pratique faite en respectant une forme déterminée et durant un temps déterminé à l’avance produit de façon certaine un effet bénéfique ; lorsqu’elle est faite par tout un groupe, dans un endroit spécial comme le Dharma Pītha, et que l’intention est large, la vibration-lumière qui se manifeste sur place émane aussi vers la planète entière.

L’intention de cette récitation de groupe, lue chaque matin, était l’émergence d’une humanité plus spirituelle, élevée et fraternelle.

Le nombre d’Occidentaux ayant décidé de participer à ce grand moment était un peu supérieur à 200. Les Français formaient le groupe le plus nombreux, puis les Italiens, quelques personnes venues aussi de Suisse, du Canada, d’Allemagne, de Russie, de Tahiti, ainsi qu’un Français vivant aux Etats-Unis.

A noter que les initiés restés dans leur pays et autres personnes de bonne volonté étaient invités à se joindre au groupe par une récitation d’au moins 108 gāyatrī par jour. Beaucoup l’ont fait.

La récitation des Gāyatrī a eu lieu chaque jour pendant 10 jours et demi ; le matin puis à la clôture de 17h, le groupe complet était réuni dans le Dharma Pītha ; entre les deux, les sous-groupes, au nombre de 3, se relayaient toutes les 3 heures.

En fin d’après-midi, après une pause, nous étions invités à nous rassembler à nouveau, sous le grand banyan du Dharma Pītha, pour les bhajans (chants sacrés) et les annonces. Les bhajans, menés par Tathāta Maitreya, étaient différents d’un jour sur l’autre, mêlant harmonieusement bhajans indiens et d’autres plus occidentaux

Au fil des jours, on pouvait ressentir l’afflux de lumière – et le travail intérieur puissant qui avait lieu de ce fait.

La cible de 2,4 millions de Gāyatrī était, compte tenu des effectifs, difficile à atteindre ; d’autant que pour compenser les erreurs possibles, il faut toujours offrir un peu plus. C’est ainsi qu’il a été décidé de continuer les récitations le matin du 11e jour. En faisant ainsi, les 2,5 millions de mantras ont été dépassés. Un vrai succès : nous étions tous très heureux de ressentir la « mission accomplie ». Ce dernier jour de récitation avait lieu le dimanche 9 février, jour de pleine lune, et l’énergie était d’une grande beauté.

Le 12e et dernier jour de la retraite, lundi 10 février, a été mémorable.

Le matin a eu lieu un rituel au feu, particulièrement puissant, auquel chaque personne présente a pu prendre part, par groupes successifs de 15 personnes.

Puis chaque participant a pu faire un kalaśa abhiṣekam, autrement dit une offrande d’eau sur le socle de la pierre centrale du Dharma Pītha. Il s’agit d’un rituel d'offrande de soi à tous les niveaux et de renouvellement de l’énergie personnelle, avec l'intention de mener une vie toujours plus alignée avec les lois cosmiques.

Enfin, la cérémonie des lumières, devant le Dharma Pītha, a commencé en fin d’après-midi de ce jour de clôture : c’était un moment d’une grande beauté visuelle et une énergie-grâce coulait abondamment.

Nous avons eu, vers la fin de cette cérémonie, le bonheur de recevoir un message de Śrī Tathāta, par la bouche de Chaithanyadas : Śrī Tathāta exprimait sa satisfaction et donnait sa bénédiction pour tous. Même s’il n’est pas venu physiquement, étant en cure pour sa santé, sa présence subtile était bien là.

Les participants conserveront longtemps le souvenir d’un magnifique travail pour le monde fait ensemble au Dharma Pītha, en lien avec tous ceux qui, depuis chez eux ont récité des Gāyatrī, d’une atmosphère tout de suite très fraternelle, d’une grande fluidité en tout et finalement d’une lumière physique et subtile extraordinaire qui a apporté son lot de belle évolution.

Il est bon de signaler aussi un magnifique signe de Mère Nature qui a pu être pris en photo par une participante le matin du 10 février : les nuages formant un cœur devant la montagne Kudachatri – vu depuis l’ashram du Dharma Pītha.

 

un signe magnifique de Mère Nature le jour de clôture du Gayatri Japa